Actualités

Un bonbon fait le tour du monde

La logistique fait du bien. Surtout quand elle concerne les herbes des montagnes suisses et des recettes qui associent bien-être et plaisir. Accompagné par Dachser, Ricola, fabricant suisse de bonbons aux herbes, trouve son propre chemin pour opérer sur les marchés mondiaux.

Ricola, fabricant suisse de bonbons aux herbes.
Ricola, fabricant suisse de bonbons aux herbes.

Elle aime les prairies, les forêts claires et les sols rocheux à flanc de montagne. On la trouve jusqu’à 2 000 m d’altitude : la Pimpinella saxifraga, une plante des montagnes aux multiples vertus, qui jouit dans le monde entier d’une excellente réputation. Pour les indigènes de l’Amérique, la pimprenelle est tout aussi importante que le ginseng pour les Chinois ou la racine de taïga pour les Russes : d’une façon générale, elle tonifie l’organisme et combat la fatigue. Elle était déjà cultivée comme plante médicinale et aromatique dans l’Ancienne Égypte, chez les Grecs et chez les Romains.

Pleine de ressources, elle compte parmi les 13 plantes qu’une centaine de montagnards suisses cultivent, soignent et récoltent amoureusement, dans le respect de la nature et selon les standards de la culture bio. Ce travail manuel, souvent pénible, n’a qu’un seul but : la fabrication du bonbon aux herbes suisses, le vrai. Depuis 1940, celui-ci est produit dans la petite ville de Laufon, dans le canton de Bâle-Campagne, toujours suivant la même recette, inchangée, tenue rigoureusement secrète. Que ce grand classique des bonbons soit une source de bien-être pour la gorge et pour la voix, cela se sait maintenant : Ricola est une marque mondialement connue, tout aussi caractéristique de la Suisse et porteuse de « Swissness » que le fameux couteau de poche. L’origine de cette entreprise familiale remonte à l’année 1930, quand le boulanger-confiseur Emil Richterich, en marge de ses activités quotidiennes, s’est lancé dans la fabrication de bonbons, et notamment de bonbons contre la toux. C’est 10 ans plus tard qu’il rencontra le succès, en mélangeant 13 plantes. Le bonbon Ricola, l’original, était né.

Aujourd’hui, avec Raphaël Richterich, c’est déjà la quatrième génération de la famille Richterich qui est présente dans l’entreprise. Son père, Felix Richterich, lui-même petit-fils du fondateur Emil Richterich, fut CEO de Ricola pendant de nombreuses années. Il a confié, en mai 2019, la direction des activités opérationnelles au nouveau CEO, Thomas P. Meier, et se consacre désormais aux objectifs straégiques de l’entreprise en tant que président du conseil d’administration.Présente partout dans le monde, celle-ci emploie 500 personnes environ, dont 430 à Laufon. En 2018 elle a généré, avec le groupe, un chiffre d’affaires annuel de 339,3 millions de francs suisses.

La plupart de ses produits (90 % des bonbons classiques, mais aussi bonbons au cœur liquide, perles aux herbes, infusions instantanées) sont exportés dans plus de 50 pays, notamment aux États-Unis, en Allemagne, en France et en Italie. Ainsi qu’en Asie : à Singapour et Hongkong, Ricola est leader sur le marché des bonbons aux plantes.

Des interlocuteurs sur place

Depuis 2008, l’entreprise familiale travaille avec Dachser Air & Sea Logistics Switzerland pour acheminer ses produits fabriqués à Laufon partout dans le monde. « Nous étions à l’époque en quête d’un partenaire expérimenté et fiable, qui nous accompagne sur les marchés, de préférence en terrain connu de lui, et qui, grâce à son réseau et à ses équipements informatiques, nous permette un contrôle maximum des processus », explique Jochen Layer, Vice President Corporate Fulfillment de Ricola AG. « Avec Dachser, nous nous sommes immédiatement sentis compris et entre de bonnes mains. Et ce, aussi bien chez nos interlocuteurs directs, en Suisse, que dans les filiales des deux Amériques et en Extrême Orient, où nous exportons une part importante de nos produits. » Sur cette base, la coopération avec le logisticien a été constamment élargie et approfondie.

"La sécurité des processus est essentielle pour Ricola, souligne J. Layer. Le respect des standards de qualité, suivant les normes, doit être assuré tout au long de la chaîne logistique. La nature de nos produits l’exige."

Les bonbons aux herbes, classés comme médicaments disponibles sans prescription par SwissMedic, l’autorité suisse en charge de l’autorisation et du contrôle des médicaments et produits médicaux, demandent des précautions particulières pour leur acheminement de la production à la distribution. En permanence et partout, la chaîne logistique doit satisfaire aux règles de l’International Food Standard (IFS), et de surcroît aux États-Unis et au Canada, aux normes strictes de la Food and Drug Administration (FDA) pour les produits alimentaires et les produits nommés OTC (Over the Counter), en auto-médication. » Il nous faut donc un partenaire logistique compétent et fiable, capable de jouer dans la cour des grands », constate J. Layer.

Ingénieur en économie de par sa formation, J. Layer attend donc beaucoup des prestations logistiques pour cette entreprise riche d’une longue tradition : « Nous considérons toujours l’entreprise dans sa totalité, voulons optimiser l’ensemble des processus et développer régulièrement la Supply Chain. Notre objectif, c’est de réaliser des chaînes logistiques totalement fiables, d’une transparence maximale, tout au long du flux des marchandises. Ce n’est pas une révolution qu’il nous faut, mais une évolution répondant aux mouvements du marché.

Ricola, fabricant suisse de bonbons aux herbes.
Ricola, fabricant suisse de bonbons aux herbes.

Pragmatisme dans l’excellence

Cette approche qui considère l’ensemble, l’action commune, et ne recherche pas la réussite à court terme, correspond tout à fait à la culture de Ricola, associant depuis toujours exigence de qualité et pragmatisme, le tout fondé sur des valeurs. Cette conception se reflète dans les bâtiments administratifs et ceux de la production, à Laufon. Dans la rue de Bâle, une petite rue banale, des façades de petite ville de province cohabitent avec des bâtiments à l’architecture des plus raffinées. Dans les années 1980, chargés par la famille Richterich d’une rénovation, deux jeunes architectes de Bâle, Jacques Herzog et Pierre de Meuron, ont fait de ce projet une belle réussite : ils ont construit un remarquable entrepôt à rayonnage en hauteur. Devenus mondialement célèbres, ils ont encore réalisé, entre autres, le spectaculaire bâtiment administratif, aux grandes surfaces vitrées et raffinements techniques, et construit en argile le centre de conditionnement des herbes, la Maison des plantes, où viennent en pèlerinage les amateurs et connaisseurs d’art et d’architecture du monde entier.

L’architecture traduit donc aussi les valeurs que professe l’entreprise familiale. L’une d’elle se formule ainsi : « L’exigence absolue de qualité, valant pour tous les domaines d’activité de l’entreprise, constitue la base de toutes ses décisions. » La réussite n’est pas un but en soi, mais doit permettre à l’entreprise d’assumer sa responsabilité envers ses collaboratrices et collaborateurs, la société et l’environnment.

« Dans la relation entre Ricola et Dachser, nous avons ressenti, dès le début, une sorte de communauté de vue sur la culture », soulignent d’une même voix Jochen Layer et Samuel Haller, Country Manager pour le domaine d’activité Air & Sea Logistics chez Dachser Switzerland. « La base d’une coopération qui se veut durable et tournée vers le long terme est faite de confiance réciproque, d’ouverture et de goût de l’innovation. C’est un terrain favorable à partir duquel les deux partenaires, regardant vers l’avenir, peuvent très bien partir ensemble à la découverte de nouvelles solutions et possibilités », souligne Jochen Layer. Être à l’écoute l’un de l’autre, se montrer compréhensif pour chaque situation, permet d’y apporter des réponses nouvelles et innovantes, c’est plus qu’une vertu. » La réussite a besoin d’empathie, elle se construit sur la compréhension mutuelle. »

La coopération de plus de dix ans de Ricola et Dachser témoigne de la justesse de cette thèse. Leur relation tire son énergie de la volonté de tous les acteurs de se montrer prêts au dialogue ouvert et créatif, à tout moment : « Nous pouvons toujours nous dire ouvertement ce que nous attendons l’un de l’autre », souligne J. Layer.

En conséquence, Dachser et Ricola se sont continuellement rapprochés, dans le souci commun et permanent d’améliorer la transparence de la chaîne des opérations logistiques et des processus. Depuis 2012, Dachser assure pour Ricola le « Risk Management » de la Supply Chain. « C’est une grande preuve de confiance, qui en même temps nous charge d’une grande responsabilité », constate Bruno Zwiker, Sea Freight Manager de Dachser Air & Sea Logistics Switzerland. Si, malgré un parfait respect des délais de production, les conteneurs contenant nos marchandises dans des big-bags sont retardés en cours d’acheminement, cela peut paralyser complètement la production dans le pays de destination », confirme J. Layer. « Alors il nous faut non pas des partenaires qui haussent les épaules, arguant qu’il n’y a rien à faire, mais des partenaires qui sont en mesure d’intervenir immédiatement. Dachser, nous offre exactement cette compétence. »

One-stop-shopping

Actuellement Ricola et Dachser travaillent au développement des accès aux principaux marchés d’Asie et d’Amérique du Nord et à la réduction des délais de livraison vers l’Amérique centrale et du Sud, ces efforts étant maintenant soutenus par un hub de logistique contractuelle au Panama.

Othello, le système de gestion des transports sur lequel sont basées au niveau mondial toutes les prestations imbriquées les unes dans les autres, veille au bon fonctionnement et à l’efficience des processus informatiques d’arrière-plan. « Pour nos clients, nous obtenons une transparence totale, comme dans le cas du transport depuis Laufon vers les États-Unis. De plus, nous assurons la disponibilité d’un choix de capacités de transport cargo. Ainsi, Ricola peut plus facilement gérer ses stocks tout au long de la chaîne logistique et raccourcir les temps de stockage entre la fin de la production et l’expédition. Avec, pour toutes ces prestations, un seul et unique interlocuteur », résume B. Zwiker. Finalement, le site Dachser des États-Unis est mieux utilisé et Ricola voit sa position sur le marché confortée par la possibilité d’un approvisionnement ponctuel et rapide.

Samuel Haller juge cette approche « one-stop-shopping » avantageuse pour tous les acteurs. La concentration sur un seul partenaire représente « une valeur ajoutée considérable, autant pour notre partenaire de distribution que pour le Groupe Ricola lui-même. De plus, ce genre de concept produit des effets d’échelle facilement mesurables. Nous optimisons ainsi significativement les coûts en gérant mieux les capacités et les approvisionnements, par exemple en recherchant toutes les synergies à exploiter, ou en réduisant les temps d’attente grâce à un pooling des conteneurs dans le dépôt. » De plus, avoir moins d’interfaces avec un prestataire logistique aide Ricola à se concentrer encore mieux sur les besoins de ses clients. Ce qui, en fin de compte, ne peut que renforcer la relation client.

Après plus de dix ans de coopération avec le logisticien, Jochen Layer en dresse un bilan positif. « Avec Dachser comme partenaire logistique, nous avons déjà réalisé différentes “business opportunities”. Grâce à la conception holistique de la logistique développée ensemble, nous avons continuellement amélioré nos processus et ainsi créé de la valeur ajoutée pour nos clients. » Puis J. Layer annonce que Ricola veut maintenant, dans l’optique d’une chaîne d’approvisionnement 4.0, poursuivre l’approfondissement du partenariat avec Dachser en renforçant la numérisation et l’intégration des processus. « Sans attachement à nos valeurs communes, cette longue et solide relation de coopération ne serait pas possible. » Ces éléments sont essentiels au partenariat, tout comme le mélange des 13 herbes à Ricola.

Samuel Haller, Country Manager fo Air & Sea Logistics Switzerland
Samuel Haller, Country Manager fo Air & Sea Logistics Switzerland

“Thinking outside the box – creating common added value”

Interview with Samuel Haller, Country Manager for the Air & Sea Logistics business field at DACHSER Switzerland, on the field of logistics and how it can benefit balanced partnerships.

Contact Grazia Rubichi